Critique : Dystoria

by Dealon Brounx
Dystoria

Le classique de la science-fiction de 1984, The Last Starfighter, parle d'un maître de jeu vidéo qui est envoyé dans l'espace pour défendre la planète contre une invasion extraterrestre. Beaucoup de gens ont évidemment été émus par cette histoire simple de réalisation de souhaits, y compris les créateurs de Dystoria qui l'ont reproduit au point de placer l'armoire d'arcade imaginaire exactement au même endroit.

Ce titre est un peu inhabituel. Avec Tron et tous ces jeux criaient en quelque sorte des années 80, cela a rappelé de bons souvenirs de cette époque. Ce genre de musique inspirée de Tron a ce synthétiseur et ces teintes vives de néon. Toutes ces fonctionnalités sont très organiques dans Dystoria.

Le produit final pourrait être aussi ringard que le film de 1980. J'ai l'impression que ce shoot-'em-up de véhicules va quand même marquer les esprits. Vous incarnez un habitué des jeux vidéo qui est kidnappé par des extraterrestres et soumis à une série de tests.

L'histoire de Dystoria

Le ravisseur prétend être une sorte de jardinier. Un être non identifié qui cherche dans l'univers le maillon le plus faible afin de juger de la valeur de l'humanité. L'extraterrestre vous oblige à vous battre à travers 30 niveaux difficiles qui jouent comme un hybride de secteur et de descente et sont chacun remplis d'adversaires au néon qui sont puissamment armés d'armes.

Gameplay Caractéristiques

Des niveaux massifs qui traversent l'espace comme un labyrinthe existent dans Dystoria. L'astuce ici est que notre petit vaisseau peut se fixer aux plafonds, aux murs et à tout ce qui se trouve entre les deux, en plus de planer au-dessus du sol. Cela nous donne un degré de liberté vertigineux ! Nous ne voyons presque jamais dans le type de jeu, ce qui nous permet de naviguer dans les parcours difficiles sous tous les aspects. La bonne nouvelle, si vous pouvez l'appeler ainsi. Mis à part une bataille majeure à la toute fin, les extraterrestres sont un groupe prévisible.

La majorité des niveaux vous font rechercher frénétiquement la zone à la recherche de trois orbes cachés. Il n'y a que deux types d'étapes différentes à traiter. Tout ce que vous avez à faire est de localiser ces orbes. Puis, sans vous faire abattre par l'adversaire, ouvrez une porte vers l'étape suivante. L'autre type de niveau vous oblige à retourner le script et à être obligé d'éliminer tous les ennemis avant que la passerelle ne s'ouvre. Les deux mêmes activités se répètent tout au long de votre aventure, ce qui peut parfois rendre la Dystoria un peu monotone. Même si le jeu peut devenir répétitif, j'ajouterai qu'il se contrôle bien et que certaines étapes se sont avérées plutôt difficiles.

Les niveaux sont en quelque sorte préfabriqués, flottants dans une zone spatiale. Donc, vous roulez le long de ces niveaux. En gros, cela ressemble à des cubes de grille, c'est de cela qu'il s'agit, lorsque vous pilotez votre vaisseau. Vous savez que vous devez contourner le bord, eh bien, lorsque vous dépassez ce bord, vous le dépassez, mais alors tout l'angle de votre caméra se déplace.

Fréquemment, vous devrez traverser le bord de Dystoria

Bien que ce jeu n'ait pas autant de contenu que certains joueurs pourraient le souhaiter, c'est un casse-tête formidable et stimulant. Même si parfois vous découvrez tout et battez les adversaires au moment où vous avez terminé, vous devez encore passer dix minutes supplémentaires à voler autour du niveau à la recherche de cette partie. C'est parce que parfois vous cherchez des morceaux de navires cassés et d'autres choses de cette nature.

Les niveaux vous demandent de collecter des orbes et de détruire les ennemis, et c'est ainsi que vous terminez le niveau. Pour trouver chaque morceau d'orbe, vous devrez souffler à travers des barrières de verre, ouvrir des portes et réorganiser les pièces de scène. Les ennemis voleront de toutes les directions lorsque vous ferez cela. Malgré les différences d'apparence et de maniabilité, tous les aéroglisseurs sont rapides et agiles.

Principaux problèmes de Dystoria

Je ne peux pas généraliser sur tous les jeux de ce genre comme ça. La Dystoria n'est pas sans son lot de problèmes, malheureusement. Comme je l'ai déjà dit, il n'y a pas beaucoup de variété et on vous demandera souvent d'effectuer les deux mêmes tâches. Cela peut également être désorientant et irritant à certains égards, en particulier lorsqu'il s'agit de ces dernières étapes, plus difficiles.

  1. Carte

Bien que la carte 3D soit excellente, son utilisation est un peu difficile et elle n'est pas aussi utile que je l'aurais espéré. 

  1. Ennemis ennuyeux

Les adversaires sont le véritable problème car ils ont l'horrible habitude de vous accrocher juste à l'extérieur de votre champ de tir. Il y a quelques petits hommes qui commenceront à épuiser votre bouclier tout de suite. Ils vous donnent peu de temps pour riposter. Aucune visée vers le haut ou vers le bas n'est autorisée. C'est extrêmement ennuyeux dans certaines des missions où vous devez vaincre tous les adversaires car le méchant vous attaquera fréquemment de côtés que vous ne pouvez pas voir ou contre lesquels vous ne pouvez pas vous défendre. Il en résulte de nombreux essais fastidieux et peu coûteux. C'était entièrement hors de mes mains. Cela suggère qu'il y a un problème d'équilibre lorsque vous pouvez mourir avant même que l'amour ne commence.

  1. Petits problèmes de narration

Le récit de ce jeu est bon pour me faire remettre en question les motivations de l'Alien. Parfois, je reçois des messages du monde extérieur qui semblent indiquer qu'il se passe peut-être plus que vous ne le pensez. Bien que j'ai adoré l'entrée, j'ai été un peu déçu par la façon dont tout s'est passé. Je m'attendais à un rebondissement, mais il ne s'est jamais concrétisé. Certains concepts et histoires intéressants ne sont jamais complètement explorés.

  1. Graphiques

J'aurais aussi aimé que les développeurs aient encore amélioré les graphismes. Mis à part les tuiles changeant parfois de couleur et une nouvelle planète apparaissant à l'horizon, le jeu conserve une esthétique distincte qui est initialement impressionnante mais qui ne change pas beaucoup pendant le voyage.

Derniers mots sur Dystoria

Les 30 étapes présentent de nombreuses instances des mêmes conceptions. Les antagonistes ne sont pas aussi engageants ou divertissants que les autres personnages du jeu. Heureusement, les conceptions de niveaux sont excellentes, mais j'aurais aimé que les graphismes soient plus impressionnants. Le Dystoria a un concept fort qui est aidé par un excellent gameplay et une intrigue de science-fiction engageante. Oui, il manque de variation dans les missions, et le bureau bon marché agacera même le joueur le plus expérimenté.

https://thewanderblog.com/

Articles Similaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Refuser

Politique de Confidentialité et Cookies